Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

L’activité de développement en Europe en 2017-18 sera portée par les projets d’extension des shopping centres

Cliquez pour agrandir
L’activité de développement en Europe en 2017-18 sera portée par les projets d’extension des shopping centres
En tête de classement des villes comptant le plus grand nombre de projets d’extension on retrouve Paris, Marseille, Helsinki, Madrid, Londres pour l’Europe occidentale et Istanbul, Moscou, Ankara, Varsovie et Tallinn (Estonie) pour l’Europe centrale et orientale.

Avril 2017 - les projets d’extension des shopping centres existants seront un moteur important pour la création de nouveaux espaces à travers l’Europe au cours des 2 prochaines années, indique le dernier rapport du conseil en immobilier professionnel Cushman & Wakefield intitulé : « European Shopping Centre Development ».

L’objectif des propriétaires est d’obtenir le taux de fréquentation idéal pour leurs biens. Pour atteindre cet objectif, ils analysent plusieurs variables telles que la technologie, les données, les événements et autres animations, le mix des locataires et l’offre accrue en matière de loisirs et de services de restauration (food & beverage).  
L’examen de ces données permet aux propriétaires de mieux connaître le comportement d’achat des consommateurs, d’orienter la mixité des locataires au sein des centres commerciaux, les rendant plus attractifs, augmentant leur taux de fréquentation et les dépenses réalisées.

Justin Taylor, Head of Retail de Cushman & Wakefield indique: “Les propriétaires de shopping centres répondent au souhait de leurs clients dont l’expérience ne se limite plus à l’acte d’achat en tant que tel. Lors de sa visite, le consommateur cherche une réelle expérience sociale ou de loisir.  L’activité de développement se concentre de manière croissante sur ces nouveaux formats de shoppings qui privilégient une forte présence de l’offre en restauration (Food & Beverage), en loisir et autres animations visant à augmenter le taux de fréquentation, le temps de visite et le volume de dépenses. Dans les prochaines années, de nombreux occupants utiliseront et aménageront l’espace qu’ils louent d’une manière différente. Les consommateurs seront attirés par les enseignes et marques dont l’environnement en boutique offrira la possibilité de se rencontrer, acheter, travailler, se détendre et jouer. 

“Les extensions de shopping centres existants compteront pour près d’un quart du stock total de nouveaux espaces et il existe une logique derrière ce constat.  Le processus de planification est plus court puisque les solutions de transport existent déjà, et que la clientèle visée par le projet connaît le produit – deux facteurs cruciaux qui réduisent considérablement le risque.  Plus les projets sont de grande envergure, plus ils sont susceptibles d’attirer de nombreux visiteurs et devenir une destination incontournable et à part entière, générant des bénéfices complémentaires au centre-ville, à la ville ou même à la région qui les accueille.”

Europe de l’Ouest
La France est le marché d’Europe de l’Ouest dont l’activité de développement des shopping centres a été la plus importante en 2016. Le pays affiche également le pipeline 2017-18 le plus important pour la région avec plus de 931,000 m² de nouveaux espaces qui devraient être livrés sur le marché, dont près de 56% sont localisés dans les villes des régions de Paris, Marseille, Lille et Lyon.

En Belgique, Arnaud de Bergeyck, International Partner, Head of Capital Markets Bruxelles commente "De manière historique, le nombre de transactions sur les shopping centres en Belgique demeure limité en raison du nombre restreint de (nouveaux) produits disponibles.  2017 devrait être une année charnière à ce niveau grâce aux centres commerciaux de qualité délivrables sur Bruxelles que sont Docks Bruxsel et Woluwe Shopping."

Silvia Jodlowski, Research Analyst chez Cushman & Wakefield au sein de l’équipe EMEA Research & Insight et rédactrice de l’enquête indique “En Europe, l’activité de développement dans le futur devrait se concentrer sur les localisations affichant un bon équilibre entre une densité faible de shoppings centres, un taux de consommation élevé, un environnement à faible risque et où le stock existant nécessite une rénovation ou un redéveloppement.

“En Europe de l’Ouest, Londres et Édimbourg on constate un fort potentiel de croissance motivé par les extensions et redéveloppements de centres existants.  Cologne, Hambourg et Lyon offrent également un bon potentiel de développement.

“En Europe Centrale, l’importante activité de développement constatée au cours des 10 dernières années a mené à une croissance significative de la densité des shopping centres dans bon nombre des principales villes. Prague, Bucarest et Budapest sont des exceptions, puisque la densité de shopping centres affiche un taux inférieur à la moyenne des villes de cette région d’Europe. Quoi qu’il en soit, les développeurs ciblent de plus en plus les opportunités dans les villes émergentes de deuxième et troisième rangs telles que Cracovie et Wroclaw en Pologne.  Les principales villes turques d’Ancara et Istanbul devraient être les futures destinations prisées en matière de développement, bien que les risques économiques et géopolitiques demeurent”.