Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

The Atlas Summary 2017

Ce qui suit est un résumé

Avril 2017 – Les volumes de capitaux à investir en immobilier d’entreprise devraient avoisiner 1.39 trillion de dollars en 2017 au niveau mondial, ce sont les conclusions du rapport 2017 du conseil en immobilier professionnel Cushman & Wakefield « The Atlas Summary ».

L’Asie Pacifique compte pour 44% de ce volume d’investissement (611 billion de USD), suivie par l’Amérique du Nord (34% soit 470 billion de USD) et la région EMEA (22% soit 307 billion de USD).

Le rapport annuel, qui analyse et prédit les futures tendances de l’activité d’investissement en immobilier à travers le monde, constate que la demande en investissement immobilier continuera sa progression en 2017, entraînée par de nouvelles sources de capitaux et les investisseurs toujours plus nombreux qui souhaitent diversifier leurs placements. De plus, on s’attend à ce que la demande en immobilier d’investissement dépasse l’offre, une dynamique qui devrait permettre de conserver un niveau de prix élevés dans le futur proche.

David Hutchings, Head of Investment Strategy pour le Capital Markets, EMEA “Le marché de l’investissement immobilier devrait être plus dynamique en 2017/18, avec des sources de capitaux qui changent et des objectifs qui évoluent en fonction des opportunités qui émergent autour du globe. De nombreux investisseurs poursuivent leur chasse au rendement et à la rentabilité, mais pour d’autres, la priorité est davantage de récupérer le retour sur investissement dans une économie mondiale incertaine et en évolution. La perception du risque et les comportements par rapport aux taux sont très différents d’un groupe à l’autre. Cependant, en raison de l’environnement économique incertain, la diversification en immobilier au niveau mondial restera la stratégie privilégiée. »

L’édition 2017 du rapport “Atlas Summary” aborde également les points suivants:

  • De nombreux investisseurs continueront de concentrer leurs investissements sur les villes “core” en 2017 afin de limiter au maximum les risques et d’augmenter la liquidité et la longévité des biens de leur portefeuille.
  • Les investisseurs à la recherche de croissance et de rendements plus conséquents se tourneront vers les nouveaux marchés, démarche qui pourrait représenter un risque plus important pour les marchés “core”
  • L’intérêt plus marqué pour de nouvelles classes d’actifs et le comportement d’investissement dans les différentes régions devrait croître. Le portefeuille d’investissement « type » devient de plus en plus diversifié et reflète les tendances changeantes au niveau de la démographie, la technologie, la mobilité et les fonctions urbaines. Certaines de ces nouvelles classes d’actifs se composent d’immobilier résidentiel (ex : maisons de repos), des centres de données, des biens logistiques en ville et des centres de loisir.

Tendance au niveau régional

Marc-Antoine Buysschaert, Partner et Head of Capital Markets Office BeLux “En Europe continentale, nous observons un mouvement en provenance du Royaume Uni vers le Benelux, l’Espagne et les pays de l’Europe Centrale et Orientale. Le Brexit en particulier a boosté l’appétit des investisseurs d’outre-mer et étrangers à l’égard de l’Europe continentale. En Belgique et à Bruxelles plus particulièrement, les investisseurs traditionnels et locaux sont de plus en plus mis en compétition avec de nouvelles sources de capitaux (principalement originaires d’Asie et du Moyen Orient) quand ils recherchent des biens « core » dans notre ville.  De ce fait, les volumes investis devraient continuer d’augmenter en 2017 et les rendements continuer leur léger mouvement à la baisse, surtout étant donné le manque de produits « core » sur le marché.  Le Cash flow et/ou la localisation restent les facteurs essentiels pour les investisseurs.”