Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Investment Market Update Q4 2015

Ce qui suit est un résumé


PROPERTY TIMES
Investment Market Update Belgium Q4 2015
Le retail renoue avec ses volumes d’investissement d’avant la crise

• Les investissements retrouvent leur volume d’avant la crise, avec plus de 4,3 milliards d’euros investis dans l’immobilier commercial belge en 2015.
• Divers facteurs semblent indiquer que l’on ne renouera pas avec les chiffres de 2007, vu que les investisseurs adoptent une stratégie d’investissements immobiliers beaucoup plus sélective et prudente. Les fondamentaux du marché et la location constituent les principaux moteurs de leurs stratégies. À cela s’ajoutent des investissements institutionnels plus régulés qu’avant et moins motivés par la dette.
• Le bilan est double. La bonne nouvelle, c’est celle d’un marché plus stable et moins volatile. On observe toutefois que la plupart des investisseurs recherchent un même type d’actifs, ce qui provoque une ruée vers les actifs de bureaux les plus sûrs, le segment-clé LT, et plonge les rendements à leur plus bas historique.
• Les volumes investis dans le secteur du retail atteignent un niveau record avec plus de 2 milliards d’euros investis sur l’année écoulée. Les centres commerciaux, les bureaux sur les grandes artères commerçantes et les locaux commerciaux extra-urbains : tels étaient les actifs les plus prisés par les investisseurs tant belges qu’étrangers.
• En passant la barre des 300 millions d’euros investis, le secteur des maisons de repos enregistre également un chiffre inédit. La croissance démographique soutenue, l’augmentation du besoin de lits et les rentrées de fonds à long terme contribueront à doper les investissements ces prochaines années.
• Le volume des investissements sur le marché des bureaux était légèrement inférieur à 2014, notamment en raison de plusieurs transactions majeures manquées début 2016. Notons cependant que le nombre de transactions a progressé d’environ 50 %.
• Chaque secteur est confronté à une forte contraction des rendements. Les taux d’intérêt historiquement bas et les nouveaux investisseurs sur le marché belge (notamment originaires d’Amérique ou d’Asie) intensifient la concurrence, ce qui explique cette contraction.