Avis utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur.

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies comme indiqué dans notre politique relative aux cookies. Consultez notre charte pour plus d'informations sur l'utilisation, la désactivation ou la suppression des cookies.

Brussels Offices Q4 2015

Ce qui suit est un résumé

Property Times
Brussels Offices Q4 2015
La prise en occupation atteint un creux historique en 2015 avant de repartir en force en 2016

• L’impact de la récente alerte terroriste en Belgique et à Bruxelles devrait être de courte durée et l’économie belge devrait tenir le cap de la reprise. Ces prochains mois laissent prévoir une progression du PIB, à l’image de la confiance des entreprises. Dans l’intervalle, le taux de chômage devrait enregistrer une baisse accélérée à Bruxelles, tout en restant élevé.
• La prise en occupation atteint un creux historique en 2015, avec seulement 304.000 m2 enregistrés sur l’ensemble de l’année. Ce chiffre représente une chute de l’ordre de 30 % comparé à 2014 et laisse un écart de 25 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le marché devrait toutefois repartir en flèche dès début 2016, avec 150.000 m² de prises en occupation attendues.
• Étant donné que les espaces de bureaux modernes et de qualité sont rares à Bruxelles (moins de 100.000 m²), les occupants se voient contraints de (re)localiser leurs activités dans des immeubles de grade B et C. La prise en occupation des immeubles de grade A totalise à peine 60.000 m².
• La pénurie d’espaces de bureaux modernes et qualitatifs dans les quartiers du centre, associée aux importants retards dans les décisions des locateurs principaux (Commission européenne, Parlement européen, Région de Bruxelles-Capitale, État fédéral) contribuent aux importants glissements observés dans la répartition géographique du take-up. Les quartiers du centre représentent moins de 45 % de la prise en occupation totale, tandis que l’aéroport draine 15 % de l’activité avec 8 % du stock bruxellois.
• Le taux de vacance poursuit sa légère décroissance pour plonger sous la barre de 10 % en fin d’année. Il devrait toutefois repartir à la hausse en 2016 au vu de l’importance du pipeline (tant réel que spéculatif).
• Les loyers prime affichent une grande stabilité, avoisinant les 275 €/m²/an dans le quartier Léopold. Il en est de même pour les loyers faciaux moyens qui, fin 2015, s’élevaient à 144 €/m²/an.